ARRAS - LAKE BORGNE, 87 ans de méprise

Le 21 octobre 1918, le vapeur LAKE BORGNE 2100 tx fait route vers BREST. Ce navire est tout neuf, il a été lancé le 4 juillet 1918, à SUPERIOR Wisconsin par GLOBE SHIPBUILDING. Il effectue le trajet depuis PENZANCE en angleterre au sein d'un convoi, pour les besoins de US navy. Malgré son jeune age ce n'est pas un néophyte, il a chargé en Australie et c'est son 2éme voyage pour la France. Ses cales sont pleines de charbon pour alimenter le port de BREST.

Brest est le port d'arrivée des troupes américaines et est considéré par un Amiral américain comme la rade de l'Europe. Celle ci est pleine de paquebots transportant des troupes, de vapeurs chargés de matériels et de vivres, de Croiseurs et autres navires de guerre, tous grands consommateurs de charbon. Jamais Brest n'a connu une telle activité. Une noria de charbonniers alimente ces ogres de fer, depuis les côtes anglaises jusqu'à Roscanvel. Là ou des gabarres et autres bugalets les déchargent de leur charbon au profit de la flotte mouillée en rade ou dans le port Militaire.


Ces lents cargos ont déjà payés un lourd tribut à la guerre sous-marine. Les noms de SS BAGDALE, SS SONNIE, SS SARRACEN, LAKE PORTAGE sont connus comme victime de la guerre sous marine livrée par les Allemands.

Depuis 1915, ils sont intégrés dans des convois, escortés par des navires de guerre et des bateaux de pêche reconvertie en patrouilleurs. Ils sont souvent armés d'un canon pour lutter contre les Uboots. Le vapeur LAKE BORGNE est équipé d'un canon de 3 pouces. Mais ce n'est pas un sous marin qui aura raison de lui, mais une roche du coté des platresses.

Le chenal du four est bordé de roches et agité de violents courants. Les moyens de navigation de l'époque ne permettent qu'une navigation à vue. Après avoir touché il met une heure à couler. L'équipage a le temps d'être sauvé par le trawler britannique Isabella Fowlie (coulé en 1941) et ramené à BREST. Heureusement, aucune victime n'est à déplorer. Il tombe dans l'oubli pour quelques années.

 

ARRAS ?

En 1921, à la demande des pêcheurs du CONQUET qui perdent leurs filets, l'aviso ARRAS, un bâtiment de la Royale, tout neuf, lancé en 1918, recherche la croche et positionne l'épave en face de TREZIEN. Elle est nommé ARRAS par les Conquetois et reste essentiellement connue des initiés.


Aviso ARRAS

Dans les années 1982, un groupe de plongeurs redécouvre l'épave.

Elle garde son nom d 'ARRAS et celui ci trompe des générations de plongeurs.
- Qui en effectuant des recherches documentaires trouve un aviso français parti en Angleterre en 1940 revenu en France en 1947, ou il disparaît des registres dans cette période bien troublée. Celui ci est fortement armé et équipé d'une chauffe au fuel.
- Qui en effectuant des recherches aux fonds découvrent des chaudières au charbon. Juste une circulaire a l'arrière et une cargaison de charbon.

Pour troubler un peu plus, les photos des avisos de classe ARRAS donnent l'impression d'un cargo. L'imagination aidant des preuves sont trouvées accréditant l'ARRAS. Tel plongeur dit avoir vu des WC marqués ARRAS. Tel autre explique la présence de vannes américaine (CRANE) par son séjour en Angleterre.

En 2003, le BRP (Brest Recherche plongée) un petit groupe de plongeurs passionnés d'épaves plongent régulièrement sur Ce site qui est un des plus beaux de la région BRESTOISE, car elle reste bien conservé et la structure couchée sur tribord travers au courant résiste depuis 85 ans aux éléments.

En effectuant des recherches, il suit le même cheminement que ces prédécesseurs. Trouve l'aviso et au bout de quelque temps écarte cette piste, surtout après des plongées sur l'aviso VAUQUOIS coulé face au Conquet le 18 juin 1940 et des discussions avec le CSA du conquet.

Au bout de plusieurs plongées une plaque constructeur en plomb est découverte. Elle indique

NAVY Radio, US LIGHT & HEAT CORPORATION et une date 1918.

Un grand pas est fait. Une date fiable positionne la période et oriente la recherche. Mais les navires possibles ont coulé en 1917 ou trop loin de la zone. Et le vapeur LAKE BORGNE n'est même pas évoqué, l'épave étant positionnée par le SHOM sur les platresses à 2 milles au nord.

Le 10 Octobre 2005, soit presque a la date anniversaire du naufrage, D.C. découvre la plaque constructeur, coincée entre 2 toles. Un dessin est fait. Sur la plaque en bronze le nom de Baptème n'est pas indiqué, mais le constructeur GLOBE SHIPBUILDING et surtout un numéro, le 102.

Les recherches s'accélèrent grâce a la magie d'Internet et de ses forums de discussions. Le nom est rapidement trouvé le LAKE BORGNE. Un mystère vieux de 87 ans est résolu, un moment d'histoire réapparaît. La mer le plus grand conservateur de musée du monde la restitué.

Mais un mystère dévoilé en soulève un autre. Qu'elle est cette épave sur les platresses ?

De quoi occuper des plongeurs passionnés d'histoire.

Nous n'avons pas trouvé de photo du vapeur LAKE BORGNE, les photos des deux cargos construit par la meme société et dans la même période, donne une idée du Navire.

A noter que le LAKE BLOOMINGTON était dans le même convoi 21/10/1918.

 

Hugues PRIOL, Brest Recherche Plongée
Les.priol@wanadoo.fr

 


 

Sources

 

Retour accueil